Art et culture

Tous les goûts sont dans la culture

De la diversité naît la richesse. Quand on voit le melting pot que constitue la population mauricienne (Indiens, Chinois, Créoles, Franco-mauriciens…),on comprend mieux l’incroyable diversité d’une culture qui permet de voyager sur place tant les influences sont présentes dans tous les aspects de la vie mauricienne.
 

Le sega
Apparue au temps des esclaves, le sega est tout aussi bien une danse qu’une musique qui, aujourd’hui encore rythme les fêtes locales. Toutes les générations l’apprécient, même si les nouveaux groupes tendent à la faire évoluer en mixant parfois plusieurs influences, dont le reggae, pour créer de nouvelles variantes comme le Seggae. Toutefois, Ti Frère reste l’idole indétrônable du genre et invite les danseurs à se mouvoir en suivant un déhanchement aux évocations érotiques. La plupart des hôtels organisent des soirées où l’on peut s’initier à cette danse si particulière, en se laissant charmer par des rythmes chaloupés, dans le cadre rêvé d’une plage, généralement autour d’un feu de camp.


La gastronomie
 Dis moi ce que tu manges, je te dirai d’où tu es. Ici, l’hésitation peut être légitime tant la cuisine puise ses origines, comme la population locale, dans les 4 coins du Monde (Afrique, Orient, Europe…). Savoureuse, elle est riche en exotisme épicé ou fruité, à base de poissons, de fruits de mer ou de viandes souvent accompagnés de riz. Vous pourrez ainsi voyager de tables en tables en savourant un faratara hindou, des rougailles créoles ou des boulettes à la vapeur chinoises. Parmi les spécialités incontournables, on peut également citer :
- Le cari : sans doute le plat local populaire par excellence. Sa sauce safranée, d’un jaune facilement reconnaissable, et délicatement épicée est composée d’oignon, d’ail, de gingembre, de thym, des pommes d'amour (petites tomates) sans oublier les épices (girofle, cumin, coriandre, piment, curcuma, moutarde, cannelle, poivre noir). Elle accompagne un vindaye de viande ou de poisson, préparé à partir d'un mélange de graines de moutarde, d'ail et de curcuma.
- Les samoussas : beignets triangulaires de légumes ou de viandes.
- Les dholl puri : galettes à base de farine et de lentilles jaunes, fourrées aux légumes et au curry.
- Les beignets de patate douce.
- Les gâteaux piment : boulettes frites, légèrement pimentées.
Le mine frit : nouilles sautées chinoises.
Le chop suey : savoureux mélange de légumes (carottes, poireaux, pousses de bambous, champignons...)

Littérature
En l’espace de seulement deux siècles, l’île Maurice a su produire une pléïade d’auteurs aussi divers que remarquables :  Xavier Le Juge de Segrais, Léoville l'Homme, Marcel Cabon, Malcolm de Chazal, Khal Torabully, Barlen Pyamootoo, Ananda Devi, Shenaz Patel, Amal Sewtohul Natacha Appanah…
L’île a également inspiré d’autres écrivains européens, parmi lesquels Bernardin de Saint Pierre, dont le célèbre roman Paul et Virginie (1788) relate le naufrage du Saint-Géran ou encore Alexandre Dumas Père et son roman Georges (1841).

Architecture
Sur les hauteurs de l’île, on peut admirer le style colonial des maisons d’anciens planteurs nichés au cœur de très beaux jardins qui leur servent d’écrin. On les reconnaît à leur varangue, galerie couverte qui longe la façade, où les habitants peuvent prendre le frais. Au Nord de l’île, on peut visiter l’une d’entre elle : le domaine d’Eureka. La famille de l’écrivain Le Clezio qui la possède a eu l’heureuse idée d’aménager toute une partie en musée (on y découvre un très beau mobilier de la Compagnie des Indes) et consacrer une autre partie à des chambres d’hôte.

Les Musées

Au Nord
L’aventure du sucre
Cet écomusée situé dans une ancienne usine sucrière à Beau Plan retrace la fabuleuse aventure du sucre, indissociable de l’histoire mauricienne. En plus d’un récit historique édifiant se concluant par l’indépendance de l’île, cette visite vous permettra de mieux connaître les champs de canne à sucre, mais aussi d’en déguster la succulente production.
Le Musée d’Histoire Naturelle
Dans le cadre remarquable d’un monument historique classé, ce musée expose une riche collections de spécimens animaux, certains très rares, voire disparus.
Le Musée de la Photographie.
Dans un entrepôt au style élégant, une collection d’anciennes photos, de matériel d’époques et d’anciennes cartes postales invite à voyager dans le temps.

Au Sud
Le Musée Robert Edward Hart
En plus de ses écrits qui sont entrés dans le panthéon de la littérature francophone de l’océan indien, le poête Robert Edward Hart (1891-1954) a légué à la postérité sa maison dont l’architecture en corail, avec vue sur la mer, vaut à elle seule le détour.
Le Musée du Thé
Parmi les premiers producteurs de thé de l’île, le Domaine de Bois Chéri ouvre son usine et ses implantations au public.
La Biscuiterie Rault
Une visite gourmande au cœur du savoir faire traditionnel de cette biscuiterie, pendant laquelle vous sera révélé le secret de fabrication des biscuits de manioc.

Galeries d’art
Port-Louis
Galerie Hélène de Senneville - 12, Belmont House
Tél. : (+230) 212 8339
Fermé les week-ends et les jours fériés
Galeries Didus - C12 Le Pavillon Caudan Waterfront
Tél. : (+230) 210 7438 • Fax : (+230) 243 0691
E-mail : didus@intnet.mu

Quatre-Bornes
Galerie Stéphane Braud - Route St Jean
Tél. : (+230) 454 1242

Rose-Hill
Max Boullé Art Gallery
Tél. : (+230) 454 9500 • Fax : (+230) 454 9509
E-mail : mubbrh@intenet.mu

Grand Baie
Art Today Gallery - Espace Océan, Route Côtière
Henry Koombes Art Gallery - Route Côtière
Vaco Art Gallery - Square Dodo. Tél. : (+230) 263 3106
Le Poisson d’Amour - Route Côtière. Tél. : (+230) 263 4435
Galerie Françoise Vrot - Reservoir Road.Tél. : (+230) 263 5118
Print Shop - Sunset Boulevard.Tél. : (+230) 263 3122

Pereybère
Le Moulin Cassé.Tél. : (+230) 727 0672

Pointe aux Canonniers
Arnegos Atelier d’Art - Route Côtière. Tél. : (+230) 263 8237
Galerie Hélène de Senneville - Route Côtière
Tél. : (+230) 263 7426 • Fax : (+230) 263 5524
E-mail : disenvil@intnet.mu
Galerie Raphael - Route Côtière
Tél. : (+230) 263 6470
E-mail : raphaelartgadl@intnet.mu

Curepipe
Centre d’Expression Française - Rue Chasteauneuf
Tél. : (+230) 676 6034
E-mail : cces@intnet.mu
Galeries Didus - Garden Village
Tél. : (+230) 675 0287

Riambel
L’Oasis, galerie d’art et d’artisanat - Route Côtière
Tél. : (+230) 625 5330
E-mail : wehrli@bow.intnet.mu

Phoenix
Mauritius Glass Gallery - Pont Fer (soufflage du verre)
Tél. : (+230) 696 3360 • Fax : (+230) 696 8116
E-mail : mgg@intnet.mu

Floreal
Floreal Art Gallery
Tél. : (+230) 698 8480

Pamplemousses
Galeries Didus
Tél. : (+230) 243 0691

Trou d’Eau Douce
Victoria 1840 - La Fondation Maniglier - Le Musée d’Art Contemporain
Tél. : (+230) 480 0220 • Fax : (+230) 480 0721
E-mail : maniglier@intnet.mu
Site : www.maniglier.com

Rivière Noire
Galeries Didus - Impasse Ruisseau Créole
Tél. : (+230) 483 6523
Le Moulin Cassé
(ancienne sucrerie restaurée et transformée récemment en galerie d’art). Les œuvres photographiques de deux artistes mauriciens y sont exposées : Diane Henry et Malcolm de Chazal
Ouvert le vendredi de 10h à 18h ; lundi, jeudi et samedi : sur rendez-vous.
Tél. : (+230) 727 0672

LIEUX A VISITER

Port Louis
Capitale de Maurice, Port Louis est aussi son principal port. Les montagnes en arc de cercle offrent à sa rade une protection naturelle en même temps qu’une vue imprenable. Fondée par le gouverneur français François Mahé de Labourdonnais en 1735, la ville a su préserver le charme du passé dont les monuments témoignent encore de la splendeur.
 


A ne pas manquer
L’hôtel du Gouvernement
Erigé quelques années plus tôt au temps du Gouverneur Nicholas de Maupin, il subira de profondes transformations en 1738 sous l’impulsion de François Mahé de Labourdonnais. Son imposante prestance, héritage de temps révolus, lui a valu d’être proclamé monument National

La statue de Mahé de Labourdonnais
Elle semble encore veiller sur la Place d’Armes, face au port.

La Place d’Armes
C’est le centre historique de la ville, qui relie le port à l’hôtel du Gouvernement, dessinant une perspective ponctuée de palmiers royaux et de canons retournés.

La mosquée Jummah
La plus ancienne mosquée de l’île est aussi la plus fréquentée. Son imposante architecture rappelle l’art mauresque.

Le tombeau marlartic
Erigé en mémoire d’Anne Joseph Hyppolyte de Marlatic qui gouverna l’île de 1792 à 1800, cet obélisque domine le champ de mars. Il fut reconstruit par la Municipalité de Port Louis après avoir subi de sévères dommages lors du grand cyclone de 1892.

Le champ de Mars
Créé à l’initiative du Colonel Draper en 1812, cet hippodrome est le second au monde par son ancienneté. Des courses hippiques s’y déroulent encore de mai à novembre, mais l’endroit est surtout le lieu de prédilection de tous les grands rassemblements populaires. Il fut d’ailleurs le cadre choisi pour proclamer l’indépendance de l’île en 1968.

Fort  Adélaïde
Le gouverneur Sir William Nicolay décida de réprimer toute tentative de révolte lors de l’abolition de l’esclavage grâce à cette citadelle construite entre 1834 et 1840. Par la suite, elle servit à tirer des coups de canon pour alerter les autorités lorsque se déclaraient des incendies dans les construction en bois de l’époque. Autres temps, autres destin : elle va prochainement se transformer pour accueillir musée et boutiques de luxe.

La fontaine en face de la Cathédrale Saint Louis
Ornée de têtes de Lion, cette fontaine, approvisionnée par le château d’eau situé sur la Montagne du Pouce fut construite en 1786. Elle permettait aux habitants des hauts quartier de Port Louis de s’approvisionner sans avoir à subir les corvées de longs périples forcés en quête d’une source d’eau.

Les villes du plateau central
La population de l’île se densifie sur les plaines Wilhelms. Au siècle dernier, ce district fut en effet épargné par la malaria au détriment de Port Louis. Les classes aisées y ont élu domicile dans des villes résidentielles. On y croise une majorité de blancs sur le plateau de Curepipe, de nombreux fonctionnaires anglais à Vacoas et une population de couleur au niveau de vie aisé à Beau-Bassin et Rose-Hill. On peut y admirer de belles maisons bourgeoises de style créole, mariage détonnant du classicisme à la française et d’excentricité victorienne. Floréal et Vacoas se distinguent notamment par leur cadre verdoyant où se multiplient de luxueuses villas.
Rose-Hill: Centre culturel, la présence d’étudiants lui offre une joyeuse animation. Sa mairie de style colonial, son théâtre, sa galerie d’art et son quartier commerçant valent le détour.
Curepipe: Ne manquez pas le « Trou aux cerfs » Ce volcan éteint que l’on peut admirer entre Curepipe et Floreal offre une vue panoramique sur l’Ouest de l’île. C’est aussi un site marqué par l’histoire de l’île. Les premiers esclaves libres choisirent de s’y installer pour y cultiver la terre.
Floreal Square: Dédié au textile, ce centre à double vocation, culturelle et commerciale vous accueille dans un jardin où l’on peut s’accorder une pause rafraîchissante en toute tranquillité.

Le Nord
Les ruines de Balaclava
Ces vestiges d’un fort français construit sous le premier gouverneur français François Mahé de la Bourdonnais, détruit en grande partie par une explosion accidentelle, constituent de précieuses reliques pour comprendre le passé de l’île.

Le Shivala de Triolet
Triolet, le plus long village de l’île accueille également le plus grand temps hindou, le Temple Maheswarnath. Le Shivala, fut construit en 1819 pour honorer de nombreux dieux, dont les célèbres Shiva, Krishna, Vishnu, Muruga, Brahma et Ganesha.

L’Est
Fidèlement restauré, cet ancien moulin de canne à sucre a le privilège d’être inscrit au patrimoine de l’île Maurice. C’est aussi le siège de la Fondation Maniglier (dernier élève du grand Maître Henri Matisse) qui anime une galerie d’Art Contemporain et accueille les amateurs de cuisine contemporaine autour d’une table gastronomique : le Café des Arts.

Pointe du Diable
Site stratégique de l’île, c’est ici que 27 batteries de défense en contrôlaient l’accès durant l’occupation française.

Les ruines hollandaises
Des premières fortifications hollandaises érigées à Vieux Grand Port ne restent que ces reliques dont l’étude offre de précieux enseignements sur l’histoire de l’île. Pour prolonger ce voyage sur les traces du passé, le Musée Frederic Hendrik, près de l’église, expose le objets retrouvés lors des fouilles agrémentées d’explications sur la période d’occupation hollandaise.

La falaise rouge
Mois d’août 1810. Sur les hauteurs qui surplombent la baie de Grand Port, l’état major du Général Decaën observe l’évolution des forces navales napoléoniennes sur les anglais. Cet affrontement se soldera par une victoire. Son ampleur fut telle qu’elle fut inscrite sur l’Arc de Triomphe à Paris, mais c’est ici que les lieux semblent à tout jamais hantés par son ampleur. A votre tour, vous pourrez revivre ces événements comme si vous y étiez dans une bâtisse rénovée qui met à votre disposition cartes, récits et estampes… à moins que vous ne préfériez vous consacrer partager un repas convivial autour de tables d’hôtes.
Réservation : Ciel et Nature Ltée
Tél. : (+230) 729 1050 / 729 1080 / 729 1095
Fax : (+230) 253 9982
E-mail : cieletnature@drbc-group.com
resa.cieletnature@drbc-group.com
Site : www.cieletnature.com

Le Sud
Mahébourg
La très photogénique baie de Grand Port offre un décor idyllique à un important centre de pêche, Mahébourg. Pôle économique de premier plan pour l’île pendant l’administration française, Mahébourg a également la triste réputation d’avoir accueilli le marché aux esclaves. Ce site chargé d’émotion, et unique témoin sur l’île d’un temps heureusement révolu, lui vaut d’être classé monument historique.
En entrant dans la ville, le château Robillard, batisse coloniale française du 18ème siècle, ouvre ses portes au Musée d’histoire Nationale

Souillac
Etonnant contraste que ce village dominant la cote de la Savanne. Sa nature vivifiante et sauvage offre un saisissant contraste avec les plages paisibles du nord. Vagues venant se briser sur les rochers, falaises abruptes luttant vaillamment contre la force de l’océan… Ce site vous transporte dans ses élans lyriques. Organisez votre visite de manière à passer par le jardin du Dr Charles Telfair qui offre ombre et verdure avec vue sur la mer. Ne manquez pas de jeter un œil aux célèbres falaises de Gris-Gris, où l’érosion fait preuve d’un incroyable talent que l’on peut apprécier au gré des falaises sculptées par le temps.

Rochester falls
Situées à Souillac, les chutes de Rochester offrent une vision étonnante. Au-delà de la beauté des flots se déversant sans répit, le débit de l’eau opère sur la lave, facilement malléable, des découpes et des formes particulièrement inspirées.

Domaine de Bel Ombre - La Réserve Naturelle de Frédérica
Petite parenthèse romantique, ce château du XIXème siècle vous invite à laisser votre imaginaire divaguer en arpentant ses jardins centenaires « à la française ».

L’Ouest
Le Morne
Les cartes postales ne sont que des clichés. Mais les décors qui leur servent de modèle sont des paradis. Il en est ainsi de cette presqu’île baignant au cœur d’un large lagon. Terre et mer semblent y trouver une harmonie pleine de poésie, comme en témoigne le rocher du Morne Brabant qui veille délicatement sur la plage. La présence d’hôtels de luxe sur le site confirme son exceptionnel pouvoir d’attraction.

La preneuse
Cette tour Martello fait partie des 5 bâtisses construites dans les principales baies pour rester vigileants en cas d’agressions extérieures. Restaurée, cette tour dévoile désormais tous ses secrets et ses dispositifs imaginatifs mais aussi de nombreux « trésors de guerre » retrouvés à l’occasion de fouilles archéologiques.

Tamarin
La panorama offert par la baie de Tamarin voit se dessiner au loin les montagne du Rempart et trois mamelles, ajoutant à la beauté sauvage des lieux. Une nature préservée que les dauphins fréquentent régulièrement comme aire de jeux. Tamarin est également connu pour les salines qui marquent l’entrée du village. Une visite matinale permet d’y observer les femmes coiffées de larges chapeaux, armées de grands rateaux, venues récolter le sel.

L’intérieur des terres
La maison créole Eureka
Avec son architecture typique des maisons créoles, cette bâtisse jouit d’un cadre luxuriant.  D’un côté la cascade de la rivière de Moka. De l’autre, l’imposante silhouette de la montagne Ory. Entre les deux, en guise d’écrin, un parc foisonnant de plantes endémiques. La maison, gérée par la famille Le Clézio ouvre ses portes au public pour découvrir son histoire et son intérieur. Parallèlement aux visites, des repas sont proposés à la Maison Créole ou au restaurant le Ravin. On peut même y élire provisoirement domicile dans ses guesthouses à l’accueil souriant, ou rapporter quelques souvenirs en passant par Les Pavillons ou les Boutiques Saveurs.
Lundi à samedi : 9h - 17h, dimanche : 9h - 15h30
Tél. : (+230) 433 8477 • Fax : (+230) 433 4951
E-mail : eurekamr@intnet.mu
Site : www.maisoneureka.com

Grand Bassin

Le cratère d’un volcan éteint sert de lit à l’un des deux lacs naturels de l’île. Celui de Grand Bassin est devenu un lieu de pèlerinage où affluent les Mauriciens de confession hindoue.

Hébergement
Hébergement
Hébergement
Hébergement
Hébergement
Evenement